Comment ?

  1. Les 3 axes d’intervention
  2. Stratégie de développement
  3. Méthodes et outils

 1. Les 3 axes d’intervention

Les interventions de Philosophes Sans Frontières s’articulent autour de trois axes :
Coopérer – Former – Philosopher

Chacun de ces trois axes inclut l’importance de mener les actions sur le long terme, ceci en apportant des moyens ciblés à chaque stade du processus :
En amont – Sur le terrain – En aval

Coopérer

Coopérer en intervenant sans vocation normative, en reconnaissant la volonté d’autodétermination des populations locales et en favorisant leur développement du pouvoir d’agir (empowerment) :

En amont : C’est co-contruire les interventions avec les acteurs locaux et à partir de constats terrain, soit en adaptant les actions aux spécificités culturelles, aux besoins identifiés, aux ressources et compétences locales.

Sur le terrain : C’est intervenir dans un état d’esprit d’échange et d’enrichissement mutuel.

En aval : C’est capitaliser les pratiques pour le partage d’expériences et la formation continue de tout le réseau. C’est préparer les adultes de demain à « prendre en mains leur propre destin ».

Former

Former en considérant les pratiques de la philosophie comme une forme éducative légitime et nécessaire, et rendre ce droit de philosopher accessible partout dans le monde :

En amont : C’est assurer la haute qualité des formateurs délégués par PhiSF.

Sur le terrain : C’est assurer que les ressources locales reçoivent des formations exigeantes adaptées aux contextes, qu’elles aient accès à des cursus diplômants leur permettant de devenir autonome afin de pérenniser les pratiques.

En aval : C’est inciter les personnes formées localement à devenir à leur tour des ressources.

Philosopher

Philosopher en s’interrogeant ensemble sur le monde en s’affranchissant des idées préconçues :

En amont : C’est s’assurer que les formateurs, intervenant pour PhiSF, soient capables d’identifier et de questionner leurs propres présupposés culturels, afin d’adopter sur le terrain une posture ouverte et non normative.

Sur le terrain : C’est pratiquer la philosophie avec les populations les plus défavorisées.

En aval : C’est « faire dialoguer les enfants du monde entiers » et leur permettre d’apporter leurs contributions aux réflexions planétaires.


2. Stratégie de développement

La stratégie de développement de Philosophes Sans Frontières (PhiSF) s’énonce en 3 principes :

  1. Créer des synergies et renforcements par 4 types de projets complémentaires
  2. Développer des partenariats pour agir en soutien et complémentarité
  3. Miser sur le numérique et l’utilisation de l’internet
1. Créer des synergies et renforcements par 4 types de projets complémentaires

Les 4 types de projets sont les suivants :

  • Projets de sensibilisation aux pratiques (actions ponctuelles de courtes durées)
  • Projets de support aux pratiques (permanent, impliquant un investissement)
  • Projets d’implantation de pratiques (suivi dans la durée 3 – 5 ans, vise qualité et pérennité)
  • Projets de mobilisation de pratiques (courte durée ~ 1 an, vise collaboration interculturelle)

Ils sont détaillés sur la page Quoi?
Pour lister les projets en cours, dérouler la liste de Tous Les Projets dans le menu latérale ou en sélectionner selon leurs classifications.

Les projets d’implantation et de mobilisation des pratiques de la philosophie utilisent le numérique en s’appuyant sur les projets de support. Ces trois types de projets se renforcent mutuellement.

2. Développer des partenariats pour agir en soutien et complémentarité

Il s’agit pour PhiSF de soutenir et compléter les initiatives locales en créant des partenariats avec les associations déjà actives dans des Pays / régions ou auprès de certains publiques, ou de soutenir la création de tels regroupements associatifs.

Des partenariats institutionnels, financiers, d’accès à des ressources sont également développés.

3. Miser sur le numérique et l’utilisation de l’internet

La maîtrise des usages numériques est devenue nécessaire pour pouvoir s’insérer dans notre société.
L’internet abolit les distances et les frontières et rompt l’isolement, notamment des régions rurales. Il permet une collaboration internationale et interculturelle qui ouvre aux différences et enrichi les personnes qui savent l’utiliser à bon escient. L’utilisation du numérique facilite le stockage et le partage des données ainsi que la communication et la collaboration.

PhiSF veut créer une communauté internationale et lui faire bénéficier des avantages de solutions numériques de pointe, favorisant la collaboration entre les pays et régions, notamment Nord/Sud, tant pour la formation et l’accompagnement à distance entre praticiens et apprenants adultes que pour la collaboration et le partage entre les enfants.


3. Méthodes et outils

Différentes pratiques de la philosophie sont proposées.
Voir définitions